l'impact de leur disparitions

Leur rôle pollinisatrice

Les abeilles ont un rôle essentiel en thermes de préservation de la biodiversité. Ce sont des insectes pollinisateurs, c'est à dire qu'elles transprotent le pollen (élément mâle) des fleurs qu'elles butinent sur le pistils d'autres fleurs (élément femelle), ce qui permet la fécondation et la reproduction des éspèces végétales.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/68/Schema_cycle_angiosperme.JPG

S'il n'y a plus d'abeilles dans le monde, que se passera-t-il?

Un bouleversement sans précédent dans l'histoire de l'humanité. L'activité de pollinisation des abeilles est essentielle à l'agriculture: plus de 80% des espèces de plantes à fleurs dans le monde et 80% également des espèces cultivées en Europe dépendent directement de la pollinisation par les insectes: des abeilles pour l'essentiel. Le plus souvent, d'autres agents, comme le vent ou l'autopollinisation passive, contribuent également à leur reproduction sexuée. Mais, sans les butineuses, la plupart des cultures n'ateignent plus une production satisfaisante. C'est le cas de nombreuses espèces sauvages (romarin, thym, lavande, moutarde), des arbres fruitiers (pommiers, poiriers, abricotiers, amandiers), des grandes cultures oléagineuses (colza tournesol) et protéagineuses, des cultures maraîchères (cucurbitacées, tomates, fraises). Et aussi des semences de crucifères (radis, choux, navets), d'ombellifères (carottes, céleri, persil) et d'alliacées (oignons, poireaux). Difficile d'imaginer un repas auquel les abeilles ne soient pas associer de près!

Importance de la pollinisation par les abeilles de quelques plantes cultivées selon J.M. Philippe

Culture  Augmentation du rendement en présence de colonies d’abeilles Attirance des abeilles       
5=très fort
1=très faible  
Nbre. De colonies recommandées par ha Production minimale de miel attendue en kg/ha
Colza 35 à 60% 5 5 200
Tournesol  16 à 60% 3 2 25
Soja  5 à 30%   1 à 4 selon les variétés 2 20 à 80
Féverole 20 à 800%
4 5 50
Amandier  200 à 1000%  5 10
Caféier (arabica) 30 à 50% 4 2 30
Cerisier doux 50 à 300% 5 3 50
Poirier   40% 1 5 20
Pommier 60%   3 4 40
Fraisier 25 (à 200% en serre) 2 3
courge   20 à 200% 1 4 25

Un monde sans fleur, sans fruit ni légumes, est cela qui nous menace?

Le service d'information sur l'agriculture mondial, NASS-USDA, a fait une étude internationale et a évalué, pour la première fois à cette échelle, la dépendance aux pollinisateur de la production agricole mondiale. Elle s'est interressée aux 115 cultures les plus importantes, directement utilisées pour l'alimentation humaine dans plus de 200 pays. Résultat: rapportée au tonnage, 35% de la production de nourriture dépand des insectes.

Concrètement, la disparition des abeilles ne signifie donc pas que l'espèce humaine mourra de faim, puisque 60% des cultures-principalement les céréales comme le blé, le maïs et le riz-ne sont pas concernées. Mais la diversité alimentaire en serait profondément altérée.

Pourra-t-on supplée, par la technique ou l'élevage, à l'absence des pollinisateurs naturels?

Aucune des solutions envisagées n'est satisfaisante. Polliniser les cultures par des espèces délevage, comme on le fait déjà avec des bourdons pour les tomates sous serre? Peu réaliste en plein champ. Les polliniser manuellement, à la manières de ce qui est mis en oeuvre pour la vanille? Cela est non rentable à grande échelle. Augmenter techniquement la pollinisation par le vent? Plusieurs entreprises s'y sont déja essayées dans le monde, qui avec des hélicoptères, qui avec des machines secouant les plantes... Mais aucune méthode n'a jamais été retrouvée sur le marché.

Dans certains cas, d'autres espèces pollinisatrices, des mouches, par exemple, viendront peut-être remplacer les abeilles. Enfin, certaines cultures peuvent produire des fruits sans fécondation, soit de façon spontanée (la banane), soit grâce à la pulvérisation d'hormones spécifiques (tomates,couregttes). Mais ces techniques sont loin d'être applicables à toute les espèces, et les conséquences sur la qualité gustative des fruits sont parfois catastrophiques.

Les conséquences économique de ce cataclysme sont-elles importantes ou non?

La disparition des abeilles peut avoir des conséquences écologique certes, mais aussi économique car selon une étude de l'INRA et du CRNS, la valeur du service de pollinisation des insectes a été estimée à 153 milliards d'euros, soit 9.5% de la valeur de la production agricole mondiale. A cela s'ajoute les pertes d'emplois considérable, car si il n'y a plus d'abeilles tout les apiculteurs devront mettre la clef sous la porte. On estime a plus de 69 000 apiculteurs en france dont plus de 20 000 sont des proffessionels. De plus les agriculteur on recours a l'implantation des ruches sur leurs terres car la pollinisation des abeilles sauvages ne suffit plus. Donc s'il n'y a plus d'abeilles c'est un peu plus de 10% du chiffre d'affaires des agriculteurs qui disparaît. Pour finir beaucoup on a vu que beaucoup de cultures dépandaiant des abeilles pour pouvoir être fécondées si il n'y a plus d'abeilles c'est l'homme qui va devoir fécondées les plantes à la main et ceci est très couteux.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site